Avec l’exposition ELLE – une Cathédrale, en 1966, Niki de Saint Phalle s’est à jamais inscrite dans l’histoire du Moderna Museet.
Sa gigantesque ”Nana” a pris possession de la salle d’exposition du musée et les visiteurs intrigués pouvaient se promener à l’intérieur du corps de la ”Nana”.

L’oeuvre ELLE (HON) a gagné une réputation mondiale dans les médias comme « popgirl », péripatiticienne et déesse.

Tout au long de sa vie d’artiste, Niki de Saint Phalle a exposé sa vulnérabilité et ses blessures personnelles qui l’ont amené à choisir le métier d’artiste.
Dans le film Daddy, tout comme dans le livre – The Devouring Mothers – nous la retrouvons sous la forme d’une jeune fille qui tente de gérer sa relation avec un père qui abuse d’elle. A l’aide de la fantaisie et de la mythologie, Niki de Saint Phalle a réussi à apprivoiser ses monstres intérieurs, en même temps qu’elle a laissé ses traumatismes personnels se confronter aux questions universelles – toujours très actuelles – portant sur le sexe, le pouvoir et l’impuissance.

Commissaire d’exposition : Joa Ljungberg
Lien : http://www.modernamuseet.se/sv/Stockholm/Utstallningar/2013/Niki-de-Saint-Phalle/