Jérôme Chevalier, Patrick Maestro, Jean-Michel Morel et Sylviane Muller sont les lauréats de la cinquième édition de la médaille de l’innovation du CNRS, qui leur sera remise le 10 juin 2015 au siège de l’organisme.

La Médaille de l’innovation du CNRS est une distinction scientifique française décernée par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) depuis 2011. Elle honore « une recherche exceptionnelle sur le plan technologique, thérapeutique, économique ou sociétal ». Le CNRS décerne également une médaille d’or ainsi que plusieurs médailles d’argent et de bronze chaque année.

Jérôme Chevalier est le directeur depuis janvier 2014 du laboratoire Matériaux : ingénierie et science (CNRS/Insa de Lyon/UCBL), il est un spécialiste reconnu internationalement de la conception de céramiques innovantes et notamment de biocéramiques (utilisations pour prothèses orthopédiques et dentaires, remplacements de tissus osseux, fabrication de miroirs spatiaux et supports de catalyse destinés à l’industrie pétrolière).

Patrick Maestro est chimiste et membre de l’Académie des technologies. Spécialiste des composés à base d’oxydes de terre rares (présents dans les lampes à basse consommation),  il a également innové dans l’art de faire travailler de concert recherche publique et monde industriel. Nommé directeur scientifique de Rhodia en 2007, puis de Solvay en 2011, il a grandement contribué à leur rapprochement avec le CNRS à travers, notamment, la mise en place de laboratoires en France tels que celui des  polymères et matériaux avancés (CNRS/Solvay).

Jean-Michel Morel est un mathématicien spécialiste de l’analyse et du traitement d’images. Ses algorithmes de débruitage d’images ont permis la miniaturisation des caméras des téléphones portables, notamment ceux conçus par la société DxO Labs. Et, en partenariat avec le Cnes, son équipe du Centre de mathématiques et de leurs applications (CNRS/ENS Cachan/Univ. Paris-Saclay) a aidé à la conception de satellites d’observation de la Terre et à la cartographie de cette dernière en relief à haute précision.

Sylviane Muller dirige depuis 2001 l’unité Immunopathologie et chimie thérapeutique du CNRS, à Strasbourg. C’est dans ce laboratoire que cette biologiste a découvert avec son équipe l’effet thérapeutique du peptide P140 sur le lupus (maladie auto-immune pour laquelle il n’existe aucun traitement spécifique). Un candidat médicament a été développé à partir de ce peptide. Les essais cliniques réglementaires menés auprès de 150 patients ont montré que l’administration du produit est bien tolérée et que les symptômes régressent de manière statistiquement significative. Une demande d’autorisation de mise sur le marché doit prochainement être constituée.

Pour en savoir plus : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4041.htm

Photo : Sylviane Muller, © CNRS Phototheque – Cyril Frésillon